Textile et architecture

Partons d’une expérience commune, celle de visiter un appartement vide, de le trouver horriblement sonore et réverbérant, puis de découvrir qu’en l’habitant avec des meubles, des rideaux, des corps, cet espace peut devenir particulièrement douillet, confortable, apaisant… Et remarquons que le textile est depuis longtemps utilisé à ces fins dans l’aménagement intérieur (rideaux, tentures, tapisseries, etc.).

1.

Les mots « textile » et « architecture » entretiennent des relations anciennes : ils renvoient tous les deux à l’idée de structures élaborées, organiques, complexes… Ne dit-on pas « le tissu urbain » ? Tous deux participent des civilisations du monde : « texture » et « -tecture »,
les sonorités se confondent, rappelant leur fonction commune, celle de clore et de couvrir. Ils impliquent tous deux l’intime et le collectif…
C’est l’architecte allemand Gottfried Semper (1803 –1879) qui, le premier, a commenté systématiquement l’étymologie des termes architecturaux et ce qu’il a nommé « l’origine textile de l’architecture » : « En allemand, écrit-il1, le mot decke désigne à la fois une couverture et un plafond. zaun “clôture” a la même origine étymologique que saum “ourlet” ; gewand, le mot “vêtement”, contient le mot wand : “mur”… »
Selon Semper, ces termes ne sont pas de simples métaphores, mais ce sont certainement les vestiges d’une origine textile de l’architecture. « Il est probable que les plus anciens modèles textiles s’inspirent des palissades grossièrement tressées des époques préhistoriques, écrit Jacques Bril2. Textile et maçonnerie, tissage et architecture, ont joué dans l’imaginaire et dans la technique des rôles homologues et souvent imbriqués, au service de la réservation de l’espace et de la quête d’un refuge. » Ainsi, au-delà de la référence à la yourte et à la tente, le textile fait l’architecture : le vêtement est le premier « chez-soi », la tapisserie rend le château habitable, etc. L’un et l’autre enveloppent le corps :
le textile a vocation à s’y coller au plus près alors que l’architecture se tient à distance…

 

2.

Contrairement à certaines idées reçues, tous les architectes modernes n’ont pas banni le textile de leurs réalisations, loin de là. Quand on pense à l’architecture de Mies van der Rohe (1886 –1969), par exemple, c’est souvent l’image du pavillon qu’il a construit pour l’exposition universelle de 1929, à Barcelone, qui vient à l’esprit : un bâtiment de fer et de verre, épuré à l’extrême, mais faisant également appel à des matériaux plutôt luxueux comme le marbre, le travertin ou l’onyx rouge. C’est effectivement l’un des monuments les plus emblématiques de l’histoire de l’architecture moderne. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il a également réalisé le Café Samt & Seide « café de velours et soie », dans le cadre de l’exposition de mode Die Mode der Dame organisée à Berlin, en 1927. Ce café, réalisé en collaboration avec Lilly Reich, a été pensé comme un lieu ouvert : les espaces et les ambiances y étaient uniquement définis par une construction minimale faite de velours et des tissus de soie de différents formats et couleurs, suspendus verticalement, comme des rideaux, à des tubes d’acier. Pour ce projet, comme deux ans plus tard pour le pavillon de Barcelone, Mies van der Rohe exploite les qualités spatiales des matériaux et leurs interactions…

3.

« L’architecture actuelle demande que l’on réchauffe ses murs… », écrit Le Corbusier (1887 – 1965) dans un article3 où il fait un éloge appuyé de la tapisserie : « C’est le mural du nomade, explique-il : elle s’adapte au mode de vie de l’homme moderne ; elle s’emporte avec soi, de chambre en chambre d’hôtel, de résidence en résidence… Vous la roulez sous le bras, vous partez à la campagne, vous la mettez sur un mur de pierre, de bois… Tout de suite, c’est un vêtement, ça réchauffe. La laine, ça appartient à la terre, aux moutons. Vous la palpez, vous la touchez, vous la lavez… »

 

 

4.

Dans la maison qu’il construit à Floirac, près de Bordeaux (1998), l’architecte néerlandais Rem Koolhaas aménage, à l’étage intermédiaire situé en rez-de-jardin, un réseau complexe de rails encastrés en plafond, et permettant le libre coulissement de toutes sortes de rideaux, tapisseries, voilages, etc. Ces « rideaux » ne constituent pas simplement un filtre suspendu devant les vitrages, ils apportent de la complexité et de la texture à l’architecture : le temps, la lumière, l’ambiguïté, l’excentricité. Ils se déploient vers l’extérieur, encerclent la maison. L ’effet est étonnant : de nouveaux espaces se mettent en place ; leurs parois gonflent et se courbent, changeant constamment de forme dans le vent, dans une sorte de « danse des rideaux ». En 2012, ces rideaux ont été revisités par l’artiste Petra Blaisse que Rem Koolhaas avait déjà invité à intervenir à la villa Dall’Ava (Saint-Cloud, 1991), puis à la Casa da Música (Porto, 2005), en lui proposant d’aborder l’espace avec les rideaux exubérants qui sont sa signature : « Les plis font du bruit, écrit-elle4. Les choses qui enveloppent nos corps et touchent notre peau deviennent des composants de l’architecture… ».

 

5.

Nous captons les perceptions multiples que nous procure notre environnement, dans des registres variés qui font appel à des paramètres quantifiables et objectifs liés aux usages, mais également à des phénomènes subjectifs : sentiments, émotions, culture… C’est le croisement de ces différents phénomènes qui constitue l’impression globale du confort : le confort thermique, acoustique, visuel, etc. est donc une notion nécessairement subjective qui place la perception de chaque individu au cœur de l’analyse… Les matières textiles se rattachent directement aux notions d’ambiance et de confort : ce sont, par excellence, des matériaux que nous percevons comme « chauds » à la différence, par exemple, de l’acier ou du verre que nous trouvons toujours beaucoup plus « froids ». Cette sensation repose sur des critères objectifs, que l’on peut et que l’on sait mesurer : les textiles possèdent un faible indice d’effusivité5. Mais comme ces matières accompagnent au plus près la vie des humains depuis des siècles, nous devons également prendre conscience que, dans notre culture, et au-delà de leurs propriétés « absorbantes » évidentes,
la toile, l’étoffe, le tissu, le tricot sont aussi « naturellement » associés,
par notre œil, à l’idée même de confort.

1. Gottfried Semper, Les quatre éléments de la construction, 1851
2. Jacques Bril, De la toile et du fil, éd. Clancier-Guénaud, 1984
3. Le Corbusier, « Tapisseries Muralnomad », in. Zodiac 7, Milan, 1960
4. Petra Blaisse, Inside Outside, MAI publisher, 2009
5. Effusivité. Lorsque l’on marche pieds nus dans une salle de bains, nous ressentons le tapis de douche comme plus chaud que le carrelage, alors qu’ils sont tous les deux à la même température : celle de l’air ambiant. Ce phénomène étrange résulte du fait que l’un et l’autre ne se réchauffent pas à la même vitesse parce qu’ils n’ont pas le même coefficient d’effusivité (Ef) : plus ce coefficient est bas, plus le matériau se réchauffe vite. L’effusivité thermique, parfois dénommée « chaleur subjective », caractérise donc la capacité d’un matériau à échanger de la chaleur lors de sa mise en contact avec un autre. Elle permet ainsi de caractériser cette sensation de « chaud » ou de « froid » que donne chaque matériau.
Comment pouvons-nous vous aidez ? F.A.Q

Comment obtenir un devis ?

En contactant le chargé d’affaire de votre région par téléphone ou par email en précisant vos coordonnées et votre besoin.

Nous vous enverrons un devis rapidement.

Comment commander les produits Texaa ?

Nos produits sont fabriqués à la demande dans notre atelier et sont disponibles sur commande – il suffit de contacter le chargé d’affaire de votre région. Si vous avez déjà un devis vous pouvez aussi contacter la personne en charge du suivi de votre dossier (en haut à gauche de votre devis).

Comment installer nos produits ?

Menuisiers et tapissiers sont compétents pour installer facilement nos produits.
Nous travaillons régulièrement avec certains d’entre eux que nous pouvons recommander. Si vous avez un prestataire de confiance nous pouvons l’accompagner. Nos schémas de montage sont visibles ici.

Une question technique ?

Toutes nos fiches techniques sont disponibles ici. Le chargé d’affaire de votre région peut aussi vous aider, n’hésitez pas à le contacter.

Puis je obtenir un rendez-vous?

Nos chargés d’affaires se déplacent quotidiennement sur les chantiers et chez nos clients. N’hésitez pas à les contacter en donnant vos disponibilités de préférence par email.

Délais de fabrication

Nos produits sont fabriqués à la demande. Nos délais de fabrication standards sont de 3 semaines pour la majorité de nos produits et à partir de 5 semaines pour les produits non standards. Nous faisons aussi régulièrement des miracles, n’hésitez pas à nous contacter.

Zone de livraison

Toutes les commandes à partir de 2500 euros sont expédiées franco de port vers toute la France métropolitaine.
Nous expédions aussi partout ailleurs.

Qui appeler ?

Pour obtenir un devis, un délai, une information technique nous vous recommandons d’appeler le chargé d’affaire de votre région en le localisant sur la carte.
Pour toute autre demande n’hésitez pas à nous contacter directement au 05.56.75.71.56

Votre commande en cours

Si vous souhaitez obtenir des informations concernant votre commande merci de contacter la personne en charge du suivi de votre dossier (en haut à gauche de votre commande).